Un projet indispensable

Une ligne saturée

La finalité première du Contournement de Nîmes et Montpellier est l'augmentation du nombre de trains pouvant circuler sur l'axe languedocien.

En effet, depuis la mise en service de la LGV Méditerranée en juin 2001, la ligne actuelle qui relie les deux principales agglomérations régionales est saturée.

Sans le Contournement de Nîmes et Montpellier, les possibilités de développement du trafic, qui sont importantes tant en matière de voyageurs que de fret, ne peuvent être mises en œuvre au détriment des languedociens.

Cette saturation ne permettra pas en particulier de tirer tous les bénéfices de la ligne nouvelle franco-espagnole Perpignan - Le Perthus – Barcelone qui a été ouverte en 2010 entre Perpignan et Figueras.

Compte tenu du caractère incontournable de la ligne entre Nîmes et Montpellier (seul réseau ferroviaire existant sur l’axe languedocien), la congestion du réseau ferroviaire ne peut être résorbée qu'avec la création d'une nouvelle infrastructure : le Contournement de Nîmes et Montpellier.

Un maillon essentiel

Nîmes - Montpellier, un maillon essentiel des réseaux régionaux, nationaux et européens.

La saturation de la ligne actuelle entre Nîmes et Montpellier pourrait, sans le contournement, avoir de lourdes conséquences sur tous les types de transports ferroviaires, qu'ils soient voyageurs ou marchandises, régionaux, nationaux ou européens.

En effet, la région occupe une position géographique qui lui confère un rôle essentiel pour les échanges internationaux (entre l'Espagne, la France et l'Europe du Nord) et interrégionaux (entre le Languedoc-Roussillon et les régions voisines : Provence-Alpes-Côte d'Azur, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées).

Sans le contournement, la région pourrait se trouver à terme, isolée ; l'absence de réalisation d'une infrastructure nouvelle pourrait créer une cassure dans les réseaux.

 

Le projet du Contournement de Nîmes et Montpellier permet de faire circuler plus de trains de fret sur l’arc languedocien permettant ainsi un report des trafics marchandises de la route vers le rail.

Le projet s'inscrit dans une optique résolument européenne. Le projet participe à l'édification des réseaux européens de transport en renforçant l'ancrage de la péninsule ibérique au reste de l'Europe.

Grâce au Contournement de Nîmes et Montpellier, c’est toute l’offre de transport ferroviaire régional sera améliorée en offrant des possibilités d’augmenter les fréquences de desserte TER sur la ligne actuelle et en permettant une meilleure organisation du cadencement.

C’est également la possibilité de programmer plus facilement et plus régulièrement les opérations de gros entretien sur la ligne classique afin d’améliorer la fiabilité de l’infrastructure, la régularité des trains et le confort des passagers.